Antoine Blondin
Ou l'ironie du sport

Sélection Printemps des Poètes

Création :

Conception et interprétation : Eric Cénat et Patrice Delbourg

« Plus de sept cents chroniques, frémissantes et fraternelles, livrées au quotidien l’Equipe, un flot espiègle et coruscant de pages d’anthologie sportive. De boutade en coq-à-l’âne, de faux plat en fariboles escarpées, Blondin donne ses lettres de noblesse au commentaire sportif. Grâce à lui, les intellectuels peuvent lire l’Equipe en toute quiétude, sans se cacher ou l’enrouler dans le Monde Diplomatique…
Soumis au fameux questionnaire de Proust, à l’interrogation, quel est votre passe-temps préféré, Antoine Blondin répondait invariablement : « suivre le tour de France ». A son palmarès, 28 tours de France. De 1954 à 1982.
Cette série de grandes boucles représente sensiblement 100 000 kilomètres, soit deux fois et demie le tour de la terre, bouclée à 37 kilomètres à l’heure. A l’ère spatiale, cette circumnavigation masochiste peut sembler dérisoire, voire absurde. Elle est la racine d’un rare bonheur de lecture.
Antoine Blondin suit fidèlement la Grande Boucle jusqu’au jour où il s’aperçoit que deux jours de suite, il a envoyé le même texte…Qui fut publié d’ailleurs. Il y a un moment où il faut savoir décrocher, même pour le suiveur. Blondin, c’est un challenge qui passe.
Sous les lampions d’un bal crépusculaire, Blondin invite, tour à tour, notre esprit d’enfance et nos désillusions à une valse lente, chanson du matin parachutée dans le soir qui tombe, le ciel strié comme une tranche napolitaine, silhouette fragile, sourire inachevé, calé au fond d’une voiture de la caravane, Peugeot de marque, couleur rouge, numéro 101 de matricule, dont il occupait immuablement la place arrière gauche à côté du journaliste ami, Pierre Chany. Vous voyez que la légende garde toutes ses dents comme le dérailleur de Poulidor dans l’ascension du Puy de Dôme… »

Patrice Delbourg

Antoine Blondin

Au programme

- Une évocation d’Antoine Blondin à travers douze textes courts écrits par Patrice Delbourg révélant ainsi la complexité et la richesse d’un homme et d’un écrivain hors du commun : son attirance pour le bon mot et la belle phrase, sa difficulté de vivre et d’écrire, sa fidélité en amitié et ses mensonges, ses démêlées avec son éditeur, sa passion pour le sport…

- Onze articles d’Antoine Blondin parus dans le journal L’Equipe.

- Du pin et des jeux : 1954 (Tour de France)

- L’as « Hassen » frappe toujours deux fois : 1956 (Tour de France)

- Un aigle en chaussette et la corde au cou : 1957 (Tour de France)

- La coupe est pleine : 1958 (football)

- En travers de la gorge : 1960 (Tour de France)

- Un coq sur la crête : 1963 (Tour de France)

- 100 mètres plein la vue : 1964 (athlétisme)

- Pour un compagnon : 1965 (Tour de France)

- Haute-Vienne que pourra : 1967 (Tour de France)

- Sous les feux de la rampe : 1969 (Tour de France)

- La fille de l’air : 1976 (Jeux Olympiques/Gymnastique)

- Un montage de cinquante et une photos projetées sur un écran. Il s’agit de photos d’Antoine Blondin à des âges différents  mais aussi de photos évoquant les grands événements sportifs et les champions cités dans les articles ci-dessus.

Production / Diffusion Centre val-de Loire

© 1986 - 2020 / Le Théâtre de l'Imprévu - Tous droits réservés - Licence d'entrepreneur de spectacle : 2-1050067

Compagnie portée par la Région Centre - Val de Loire, subventionnée par la Ville d'Orléans et par le Conseil Départemental du Loiret.

NOS PARTENAIRES