Les auteurs associés

 

Patrice Delbourg

Auteur

 

Patrice Delbourg naît à Paris, et y vit toujours. Auteur d'une soixantaine d'ouvrages, romans, essais, recueils de poèmes, il s'intéresse à l'humour noir aux auteurs décalés, aux jeux radiophoniques (fidèle complice des Papous dans la tête sur France Culture), à la course à pied et aux forçats du bitume.
Longtemps journaliste culturel et sportif (Les Nouvelles Littéraires, l'Événement du Jeudi), il se consacre également aujourd'hui à l'animation d'ateliers d'écriture.
Lauréat des prix Max Jacob et Guillaume Apollinaire (1996) pour ses ouvrages de poésie, il est également auteur, avec Jean-Luc Maxence, de l'Année Poétique.


Entre autres titres publiés : Les Désemparés, l'Ampleur du désastre, Lanterne rouge, Papier mâché, Cœurraccord, Ecchymoses et caetera, Toujours une femme de retard, Comme disait Alphonse Allais, La mélancolie du Malécon, Signe particulier endurance, Les jongleurs de mots, Les funambules de la Ritournelle, Le Cow-boy du bazar de l'hôtel de ville, et Maux d'excuse.

Ses fidèles maisons d'éditions sont Le Cherche Midi & Le Castor Astral.

Au sein du Théâtre de l'Imprévu, Patrice Delbourg est, avec Éric Cénat, à l'origine du projet la "Lectothèque" idéale. Il a ainsi écrit et interprété les textes des lectures théâtralisées Antoine Blondin ou l'ironie du sport ; Cet Allais vaut bien le détour ; Robert Desnos, l'homme qui portait en lui tous les rêves du monde...

Pour la création du spectacle Des rails... il écrit au cours d'une résidence de trois mois, le texte "Aérotrain, rêve en cendres".

 

En 2016 : Solitudes en terrasse - Le Castor Astral

Faire Charlemagne - Le Cherche midi

En 2017 : Une douceur de chloroforme - Le Castor Astral

En 2019 : Fils de Chamaille - Le Castor Astral

 
DUPONT_Jacques_©_Pentchev.JPG
DUPONT_Jacques_©_Pentchev.JPG

Jacques Dupont

Auteur jeune public, metteur en scène et comédien

 

Après une formation au Cours Florent, il joue dans de nombreux spectacles dont "Volpone" (m.s. R. Ribeiro), "Mireille" (m.s. Hugo Paviot) au Théâtre de Ménilmontant, "Si j’étais un homme" (m.s. Erwan Créac’h), "C’est au cinquième d’Anne Vantal" (Théâtre Marsoulan). Il a également mis en scène différents spectacles dont "Ubu roi" au Vingtième Théâtre, "l’Opéra de Quat’sous" au Lucernaire forum, "Encore heureux qu’il ait fait beau" au Théâtre Rive Gauche, "Mademoiselle Julie" au Théâtre des Déchargeurs… Il a joué avec Taloch Kova "Pour un peu on b… sur la terrasse" d’après les textes d’Alina Reyes, spectacle présenté dans les bars à Paris et à Avignon lors du Festival off 2006.

 

En 2014, il créé, avec succès, "Artiste de complément", un spectacle étonnant et touchant où il joue seul en scène. Prix 2015 du Meilleur Spectacle Théâtral décerné par le Festival Polar de Cognac.

Au sein du Théâtre de l’Imprévu, il met en scène On n’arrête pas le progrès !, spectacle qui a notamment été joué à l'Essaïon Théâtre (Paris 4). Il est l'auteur des spectacles jeune public produit par la Compagnie, édités chez Alna, et toujours au répertoire : Tom à la licorne, joué à l'Essaïon Théâtre (Paris 4), au Théâtre La Luna au Festival d’Avignon, en tournée nationale et au Liban ; Dire dire souvenir joué à l'Essaïon Théâtre (Paris 4) et en tournée nationale et Une Vie, là-bas (création au Théâtre Gérard Philipe d'Orléans), où il joue le rôle du Père de l'Enfant.

 

Depuis de nombreuses années, il met en scène les comédien·ne·s amateur·rice·s de la Maison des Jeunes et de la Culture de Sceaux.

Il joue dans le spectacle musical Ah quel boulot pour trouver du boulot !

 

Luc Tartar

Auteur 

 

Luc Tartar est auteur dramatique et romancier, auteur associé au théâtre Le Grand Bleu de Lille, Scène Conventionnée d’Intérêt National Art, Enfance et Jeunesse.

 

Il consacre une bonne part de son travail à l’écriture de pièces de théâtre, pour tous les publics, à voir en famille, dès l’enfance ou dès l’adolescence : En voiture Simone, S’embrasent, Roulez jeunesse !, Les yeux d’Anna, En découdre, Mutin !, Ayam, Nathan Nathan, Trouver Grâce, En majuscules, Madame Placard à l’hôpital, #PeutEtre, Amédée sur la plage, Mon Orient-Express, Jusqu’au bout... 

 

Ses pièces sont éditées (éditions Lansman, Théâtrales, Espaces 34) et régulièrement jouées, en France et à l’étranger.

 

S’embrasent (Lansman Editeur) a été jouée avec beaucoup de succès au Québec, au Mexique (dix mises en scène différentes de Abrasados, traduction Humberto Pérez Mortera) et en Allemagne (Feuer fangen, traduction de Jacob Schumann) au Theater an der Parkaue de Berlin, puis à la Landesbühne de Wilhelmshaven.

 

Les yeux d’Anna (Lansman Editeur, Prix de l’Inédithéâtre en 2010, coup de cœur 2014 de l’association TAP – Théâtre A la Page) a représenté la France au festival de la dramaturgie Europe-Amérique à Buenos-Aires, en juin 2016, dans une traduction de Humberto Pérez Mortera (Los ojos de Ana) et une mise en scène de Paula Marull.

 

Luc Tartar a participé, sur la saison 2019-2020, avec Agnès Renaud et la compagnie L’esprit de la Forge, à une résidence d’écriture virtuelle, en lien avec sept classes de collèges et lycées des Hauts de France et les lycées français d’Athènes et de Bucarest : Mon Orient-Express, projet sur l’exil et les migrations.

 

Sa pièce Jusqu’au bout, commande d’écriture du Théâtre Bluff de Montréal et du Grand Bleu de Lille, sur les engagements de la jeunesse, sera créée au printemps 2021 à Montréal puis jouée à Lille, dans une mise en scène d’Éric Jean.

 

Luc Tartar est l’auteur de deux romans, Le marteau d’Alfred et Sauvez Régine, ainsi que d’un journal Les bassines, parus aux Editions de l’Amandier. Il a bénéficié pour l’écriture de son troisième roman, Clémence, d’un crédit de résidence du CNL et d’une bourse d’écriture « Ecrivains en Ile-de-France » de la région Ile-de-France. Il a par ailleurs été boursier du Ministère de la Culture et lauréat de l’association Beaumarchais-SACD, ainsi que de la Villa Marguerite Yourcenar.

 

Luc Tartar est vice-président de l’association Les Scènes Appartagées, qui organise des lectures de pièces de théâtre contemporain dans les familles.

 

Il est traduit en anglais, allemand, espagnol, serbo-croate, roumain, polonais, persan.