Les cercueils de zinc
d'après le livre de Svetlana Alexievitch (Prix Nobel de Littérature 2015)
Création :

Co-production : Bibliothèque de Vendôme

Conception et interprétation : Eric Cénat et Claire Vidoni

Durée : 1h

En 2001, le Théâtre de l’Imprévu a créé le spectacle La poussière qui marche… Tchernobyl, 26 avril 1986,  adaptation de "La Supplication" de Svetlana Alexievitch. Lors des diverses manifestations que la compagnie a organisées autour de ce spectacle, nous avons invité à plusieurs reprises, Svetlana Alexievitch, alors réfugiée politique en France, à venir témoigner à nos côtés.


Cette rencontre inoubliable avec cette femme d’un courage hors du commun m’a donné l’envie de me pencher vers ses autres écrits, notamment "La guerre n’a pas un visage de femmes" et "Les cercueils de zinc".

Ce dernier livre a retenu particulièrement mon attention… En effet, Svetlana Alexievitch ne s’est pas seulement intéressée à la catastrophe de Tchernobyl. Elle a été, en effet, l'une de premières à effectuer des recherches sur les traumatismes causés par les atrocités de la guerre en Afghanistan. En 1990, en publiant "Les cercueils de zinc", elle démolit le mythe soviétique de la guerre d’Afghanistan et de ses guerriers libérateurs, présentés non plus comme des héros internationalistes, mais comme des mouflets terrorisés envoyés dans les sables du désert pour tuer des femmes et des enfants…


La création d’une lecture construite à partir de deux témoignages inclus dans ce livre s’est alors imposé à moi comme une évidence. Deux voix ressortent ainsi de la nuit afghane, celle d’un soldat, celle d’une infirmière…

Eric Cénat, metteur en scène et comédien

OIP.HLdbiffkpcb-GS2MMQdT1AHaMR.jpg